L’importance du sel iodé dans l’alimentation

L’iode est élément indispensable à l’organisme humain. Il fait partie des oligo-éléments dans notre corps ont besoin pour assurer le développement cérébral. Le manque d’iode peut entraîner une maladie grave appelée goitre, par ailleurs il peut également être à l’origine de déficience neurologique chez les nourrissons. Il est donc important de favoriser une alimentation riche en iode, parce que notre organisme ne peut pas le stocker très longtemps.

Les aliments riches en iode

Le premier condiment où l’iode est très présent est d’abord le sel de table dans lequel il est obligatoire d’intégrer cet oligo-élément. Le fait de saler nos aliments avec du sel iodé est donc un bon moyen d’obtenir un apport journalier suffisant en iode. Ensuite, les produits halieutiques tels que les poissons et les fruits de mer sont également très riches en iode compte tenu du fait qu’ils vivent milieu marin, où le sel est très présent. Enfin, les produits laitiers sont aussi source d’iodes, car l’alimentation de la vache est essentiellement composée de pâturages qui sont cultivés sur des sols fertilisés avec des produits iodés. Cet iode est alors retrouvé dans le lait, les fromages, les yaourts…etc.

L’excès d’iode peut être dangereux pour la santé

L’hypertension artérielle est souvent associée à la présence de trop de sels dans les aliments et donc de l’iode. Il faut donc veiller à bien doser le sel lors de l’assaisonnement de notre nourriture.
En outre, l’excès de l’iode peut également entraîner des maladies de la thyroïde telle que l’hyperthyroïdie qui se manifeste lorsque l’organisme sécrète trop d’hormones thyroïdiennes. Cette maladie ne se manifeste pas seulement à cause de l’excès de sel dans la nourriture, mais peut être causée par la consommation de certaines hormones qui aident à maigrir. Il convient alors de surveiller les certains produits pharmaceutiques qui peuvent entraîner une surdose en iode.

Spaghetti à la carbonara : la recette selon les Délices d’Annie

Le spaghetti à la carbonara est une recette italienne dont l’origine est entourée de mystère nourri par différentes théories. À travers cette recette pour quatre personnes, proposée par les Délices d’Annie, découvrez la recette originale pour préparer ce succulent met.

Quels sont les ingrédients nécessaires pour sa préparation ? 

Pour cette recette, il vous faut :

500 g de spaghetti,

350 g de pancetta

250 g de lardons fumés.

Vous avez aussi besoin de 4 œufs frais, des feuilles de basilic, du poivre noir, de l’huile d’olive ainsi que de 75 g de Parmigiano Reggiano.

Vous pouvez remplacer la pancetta par des lardons salés frais.

Comment faire pour préparer votre spaghetti à la carbonara ?

Tout d’abord, faites chauffer 3 litres d’eau salée. Pendant ce temps, ciselez les feuilles de basilic et coupez les lardons ainsi que la pancetta de manière à obtenir des bandes régulières. Plongez ensuite les spaghettis dans l’eau puis mélangez-les jusqu’à ce que l’immersion soit complète. Faites bouillir ensuite pendant 5 minutes avec un feu doux.

Chauffez ensuite la poêle pour y sauter les lardons et la pancetta avec un feu vif que vous abaisserez lorsque vous égoutterez les pâtes. Mettez ensuite les spaghettis dans un plat creux et versez 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive avant de mélanger avec les lardons et la pancetta.

Pendant qu’ils sont encore chauds, placez les spaghettis sur un plat puis parsemez-les de Parmigiano Reggiano râpé et de basilic. Décorez ensuite avec quelques bandelettes de lardons et assaisonnez avec le poivre.

Pour augmenter la saveur de votre spaghetti à la carbonara, ajoutez un jaune d’œuf dans chaque assiette. Il est également possible d’ajouter du fromage ainsi que de la crème fraîche à votre spaghetti. Délices d’Annie vous recommande d’accompagner ce met avec du vin rouge.

La recette du risotto au poulet

Le risotto au poulet est un plat qui vous emmènera en voyage en Italie. Vous n’êtes pas obligé d’aller au restaurant pour en déguster un étant donné qu’il est très facile à préparer. Nous vous proposons ci-après une recette.

Ce qu’il faut pour risotto au poulet pour 6 personnes

  • 350 g de riz
  • 20 cl de crème fraîche liquide
  • 100g de parmesan râpé
  • 15 g de beurre mou
  • 3 escalopes de poulet
  • 1 cube de bouillon de volaille
  • 1 oignon
  • 2 c. à soupe de persil frais haché
  • 1 l d’eau
  • sel
  • poivre

Les Délices d’Annie vous propose d’utiliser du riz arborio pour cette recette.

Comment préparer votre risotto au poulet ?

– Mettez le cube de bouillon de volaille dans une casserole avec le litre d’eau et portez le mélange à ébullition à feu vif. Dès que cela commence à bouillir, réduisez le feu afin de juste garder le bouillon au chaud.

– Ensuite, coupez les escalopes de poulet en morceaux. Vous pouvez également les émincer.

– Coupez l’oignon en fines lamelles

– Dans une autre casserole, faites fondre le beurre. Mettez-y l’oignon, le poulet en morceaux et laissez dorer. Versez le riz et mélangez soigneusement. Laissez cuire environ 5 minutes jusqu’à ce que le riz soit translucide.

– Prélevez un demi-verre de bouillon de poulet et versez-le dans le riz aux oignons et poulet. Laissez cuire tout en mélangeant à la cuiller en bois. Une fois tout le bouillon absorbé, répétez l’opération avec un autre demi-verre de bouillon. Continuez jusqu’à ce que le riz soit bien cuit.

– Lorsque le riz est cuit à point, versez le parmesan râpé dans votre risotto. Ajoutez la crème fraîche, puis salez et poivrez à votre convenance. Laissez le risotto sur feu doux jusqu’au moment de servir.

– Utilisez des assiettes creuses pour présenter votre risotto. Parsemez chaque assiettée de persil frais haché avant de servir.

Conseils de conservation des confitures par Délices et Gourmandises

Les confitures font partie des produits proposés par Délices et Gourmandises. Dans son catalogue, vous trouverez un assortiment de confitures diététiques idéales pour agrémenter vos pâtisseries ou pour vos tartines. La conservation de ces aliments nécessite quelques précautions pour en garder toutes les saveurs et les arômes.

Les confitures, un moyen de conservation des fruits

Transformer les fruits en confitures était l’un des moyens utilisés par nos grand-mères pour conserver les fruits pour l’hiver, ou pour ne pas avoir à jeter le surplus de récolte du verger. En effet, le sucre a un effet conservateur dont elles ont su profiter de sorte que leur maisonnée pouvait avoir différents fruits même quand cela n’était plus la saison.

Les confitures étaient le plus souvent mises en pot dans des bocaux en verre hermétiquement fermés et rangés à l’abri de l’air et de la lumière, ces deux éléments pouvant avoir un effet oxydant sur les aliments. Avant d’y verser les préparations, les bocaux étaient mis à bouillir puis renversés pour sécher naturellement. Ils étaient remplis à ras bord pour éviter l’introduction d’air puis fermés rapidement et renversés pendant un à deux jours avant d’être remis à l’endroit et stockés.

Comment bien conserver vos confitures ?

Les méthodes de grand-mère citées ci-dessus valent surtout pour la conservation des confitures dans les pots non encore entamés et celle des confitures faites maison. Une fois les pots ouverts, il faut prendre d’autres précautions pour éviter l’oxydation de vos confitures et la formation de moisissures.

Délices et Gourmandises vous recommande de mettre vos pots de confiture dans votre réfrigérateur, à l’endroit le moins froid de préférence. Il faut également veiller à ce qu’ils soient toujours bien refermés. Par ailleurs, il est conseillé de ne pas y plonger les doigts et de n’utiliser qu’une unique cuiller ou un unique couteau à chaque fois. Il faut aussi éviter d’y laisser tomber des miettes (de pain ou de céréales, etc.).

Quel type de sel utiliser pour cuisiner ?

Le sel est le condiment le plus utilisé en cuisine pour assaisonner les plats. Il s’agit d’ailleurs d’un oligo-élément dont la présence est obligatoire, car il est bénéfique pour la santé et aide à lutter contre les maladies de la thyroïde comme le goitre. Il nous est souvent arrivé de lire des recettes mentionnant plusieurs sortes de sel telles que la fleur de sel, le gros sel, le sel fin…etc. Mais quelles différences y a-t-il entre ces types de sel et surtout, quand les utiliser ?

Les différentes sortes de sel

Le sel le plus connu et le plus souvent utilisé est le sel de table ou le sel fin. Il sert à assaisonner les aliments. Le sel fin peut avoir des origines marines ou être extrait des gisements souterrains et son prix est très abordable ce qui explique sa présence dans toutes les cuisines du monde.
Ensuite, le gros sel est obtenu par l’évaporation de l’eau de mer. Il se présente sous forme de cristaux et son utilisation est très conseillée, car il permet d’incorporer moins de sel dans la nourriture sans pour autant avoir un résultat fade. Le fait de limiter la quantité de sel permet de lutter contre les problèmes de rétention d’eau ou d’hypertension artérielle.
Enfin, la fleur de sel est l’une des plus chères sur le marché de par sa qualité et sa rareté. Elle provient des marais salants et est souvent récoltée à la main. Elle est constituée de cristaux très fins et est légèrement humide, raison pour laquelle les cuisiniers l’incorporent en fin de cuisson. Elle possède un goût particulièrement subtil très apprécié chez les gourmets.

Quand utiliser le gros sel ?

Le gros sel est plus économique, car il en faut peu pour saler un plat. Il aide également à prévenir les maladies causées par l’excès d’iode dans l’alimentation. Il peut donc être utilisé pour saler l’eau destinée à la cuisson des pâtes, pour les ragouts ou les soupes et également pour la préparation de certains desserts.

Les bienfaits de la nourriture salée pour le corps humain

En cuisine, le produit vedette reste le sel. Sans lui, les aliments sont pratiquement immangeables et fades. Par ailleurs ce condiment est essentiel pour être en bonne santé, car il contient un élément indispensable pour notre organisme. La nourriture doit donc contenir du sel pour que notre apport en iode soit complet et pour lutter contre toutes sortes de maladies, mais attention à ne pas manger trop salé !

Les apports du sel pour notre organisme

L’utilisation du sel dans la cuisine permet de rehausser le goût des aliments, mais il sert également à conserver les denrées. Le plus important est en fait l’oligo-élément que le sel apporte à notre corps : l’iode. Il permet d’éviter une maladie de la thyroïde très connue : le goitre. Par ailleurs, la femme enceinte doit consommer de l’iode, car il joue un rôle très important pour le développement cérébral du fœtus. Il ne faut donc pas éviter de consommer du sel trop tôt durant la grossesse, car cela peut entraîner des séquelles graves pour la santé mentale du bébé.

Les méfaits du sel

Le sel est essentiel, mais il faut prendre garde à ne pas trop en consommer. Tout comme la carence en sel, l’excès de sel peut causer des maladies cardio-vasculaires, de l’hypertension, de l’hyperthyroïdie…etc. des maladies qui peuvent être fatales. Pour ce faire, il faut bien doser le sel en cuisine, mais aussi être attentif aux produits que nous consommons. Les plats en conserve, les biscuits, les pizzas, et même le fromage sont des sources importantes de sel. Le moyen le plus efficace de réguler l’apport en sel est donc d’équilibrer notre alimentation. Il faut veiller à ce qu’un repas contienne une dose égale de sucre et de sel et surtout, il faut bien penser à s’hydrater.

Ces aliments qui contiennent beaucoup de sel

Le sel est un élément indissociable de la nourriture que nous mangeons, il est très pratique pour rehausser le goût des aliments et surtout, il contient de l’iode, cet oligo-élément indispensable pour notre santé. D’ailleurs l’apport journalier conseillé pour un adulte est de 6 grammes. Mais savez-vous que le sel que nous consommons ne provient pas uniquement du sel de table que l’on utilise en cuisine ? Que nenni ! Certains aliments eux-mêmes sont déjà une source de sel.

Classement des aliments contenant le plus de sel

Pour commencer, les sauces asiatiques, ces sauces liquides qui servent à assaisonner les plats de nouilles, les poissons…etc. contiennent beaucoup de sodium ce qui leur donne un goût souvent très prononcé. Lorsque vous en utilisez, il est préférable de faire l’impasse sur le sel fin ou mieux, optez pour des sauces dont le taux de sodium est réduit. Ensuite, le pain grillé contient aussi une bonne dose de sodium même si on ne s’en rend pas compte à la première bouchée. 100 grammes de pain contiennent environ 848 mg de sodium donc imaginez tout le paquet ! Enfin, les olives vertes ou noires font également partie de ces nourritures qui contiennent beaucoup de sel. Il est donc normal qu’elles donnent soif lors de l’apéro, d’ailleurs les biscuits apéritifs, et les fromages sont aussi compris dans le lot.

Réduire la consommation de sel pour être en bonne santé

Vu la teneur en sodium des plats préparés, de certains biscuits, des fromages…etc. en vente sur le marché, le fait d’éviter de grignoter pour être en bonne santé prend tout son sens. Pour réduire sa consommation de sel donc, il faut lire la teneur en sodium de la nourriture qu’on achète, mais plus efficace : préparer soi-même ses aliments. C’est uniquement par ce geste qu’il est possible de contrôler le sel absorbé par notre organisme. Alors n’oubliez pas équilibrez vos assaisonnements, et surtout ne mangez pas trop salé.